Humeur du genre

C'est l'barbecue entre ami.es : un peu d'huile sur le feu ?

Barbecue entre ami.es, un peu d’égalité sur le feu ?

Pas facile tous les jours de travailler sur la question du genre. Même le dimanche, autour du barbecue entre ami.es.
D’abord, c’est quoi le “genre” ?
ça sert à quoi dans la vie de tous les jours ? dans l’entreprise ? dans le business ?
On a d’autres priorités, des trucs urgents et super importants à faire parce qu’il faut faire rentrer du cash dans la boite. Et puis, on y comprend rien…

Chaud, chaud, le barbecue entre ami.es !

“Le genre, tu veux dire l’égalité entre les hommes et les femmes, c’est ça ?
Mouais. Et tu dis que tu travailles, tu fais quoi au juste. Ah. Et tu as des clients ? de la « clientèle », ah oui pardon. Tu fais quoi pour ces entreprises ? des ateliers sur les stéréotypes dans le marketing… ça existe, ça ?!
Bon de toutes façon, l’égalité, faut quand même avouer que c’est n’importe quoi ! On n’est pas pareil, c’est tout, c’est comme ça. Oui, l’égalité des droits, je comprends bien, mais tu vois, moi je suis un homme alors le droit à l’IVG, je ne l’aurai jamais et je m’en fous. Je ne m’en servirai jamais de ce droit là. Le droit à la vasectomie, tu t’en fous toi ! Alors faut pas me dire que l’égalité des droit c’est possible. C’est n’importe quoi. Et bien, oui les femmes font des enfants, cela perturbe leur carrière alors c’est normal que les entreprises les payent moins ; vu qu’elles vont s’occuper des enfants, elles seront moins disponibles pour le boulot. Et pis c’est tout.
Oui, ok “ à compétences égales” : t’es sûre qu’elle a des compétences égales ? comment tu le prouves ? Parce que si nos corps sont différents, nos sexes sont différents, alors qu’est-ce qui me prouve que nos cerveaux ne sont pas aussi différents ? Attention, je ne parle pas de toi, ni de ma chérie, vous êtes très intelligentes toutes les deux. Mais n’empêche, moi je crois qu’on pense pas pareil et il doit bien y avoir une raison. Franchement quand mon assistante a eu son premier, elle a complètement changé. Et je ne te parle pas de la galère du remplacement pour le congés maternité. Si je pouvais, je prendrai un mec, mais ils sont moins bon en secrétariat.
Tu veux une saucisse ou une merguez ?”

Après ce barbecue entre ami.es, je prendrai bien une heure de méditation et deux de yoga, le temps de me reconnecter à ma valeur intrinsèque. Vivement lundi, je pourrai travailler sur le marketing de genre et continuer à changer le monde façon colibri.