Quelle différence entre stéréotypes et préjugés ?

Stéréotypes et préjugés : ces deux concepts sont énormément utilisés, parfois de manière interchangeable. Pourtant, même s’ils sont liés, ils ont des significations différentes. Il est important de les distinguer pour viser juste et donc agir efficacement 💪

Comme d’hab’ dans notre série #LesMotsDuGenre, on vous propose d’y voir plus clair en rendant ces mots du jargon scientifique, politique et militants plus accessibles :

Stéréotypes et préjugés

Les stéréotypes, qu’est-ce que c’est ?

À l’origine, le mot stéréotype vient d’une ancienne technique d’impression. Il désignait une plaque métallique, en relief, qui permettait de produire de nombreux d’exemplaires de typographies, de gravures et dessins en les copiant. 

Au XXe siècle, un journaliste, Walter Lippmann, rend populaire l’utilisation de ce mot comme une métaphore pour parler d’images qu’on forme dans notre tête. Des croyances rigides, que l’on répète en bloc, à l’identique, pour simplifier la réalité. 

La psychologie sociale a permis de comprendre le stéréotype comme un phénomène cognitif inconscient et automatique. Notre cerveau reçoit tous les jours énormément d’informations, il simplifie la réalité pour éviter une surcharge mentale.  Souvent, ces raccourcis de pensée concernent des groupes d’êtres humains. 

Dans ce sens, les stéréotypes correspondent à des croyances simplificatrice et partagées collectivement. Ils concernent généralement les attributs et les comportements des individus d’un groupe. Par exemple : des personnes ayant le même sexe, la même couleur de peau, la même orientation sexuelle, etc.)

[définition] Les stéréotypes de genre sont des représentations simplifiées et globalisantes sur ce que sont et ne sont pas les femmes et les hommes. Cela concerne entres autres leurs valeurs, leurs responsabilités et leurs obligations respectives.

Par exemple :

Symbole Mars: Les hommes sont fréquemment associés aux valeurs de puissance, de rationalité, d’activité, de productivité, de capacité à rémunérer, en relation sociale publique. 

Symbole Vénus: Les femmes sont généralement perçues comme fragiles, émotionnelles, passives, reproductives, vulnérables, bénéficiaires, en relation sociale privée.

Les personnes non-binaires quant à elles dérangent, car elles ne rentrent pas dans ces 2 catégories réductrices. Elles sont donc fréquemment oubliées, perçues comme en dehors de l’ordre social, voire déshumanisées. 

Les préjugés, qu’est-ce que c’est ?

Les préjugés aussi concernent des jugements simplificateurs sur une personne avant de la connaître (par rapport au groupe auquel elle est assignée). Il s’appuie sur le stéréotype. Ce qui le différencie de ce dernier, c’est qu’en plus de l’aspect cognitif, il prend une connotation affective et émotionnelle.

[définition] Il correspond à toute évaluation positive ou négative, favorable ou défavorable envers une personne. Et ce, sans que le jugement se base sur des faits objectifs et des expériences directes. C’est une prédisposition à agir d’une certaine manière, qui peut découler sur une discrimination. 

Symbole Mars:   ➕ “Je fais plus confiance aux hommes pour manager une équipe”

          ➖  “Les hommes ne pensent qu’au sexe”

Symbole Vénus: ➕ “Les femmes ont vraiment des facilités avec les enfants grâce à l’instinct maternel”

         ➖  “Je m’entends mieux avec les hommes, les femmes se crêpent trop le chignon” 

 

Les préjugés découlent sur des attentes concernant la manière dont les personnes (pensent qu’elles et les autres) doivent se comporter, en fonction du groupe auquel elles appartiennent. Ça crée des normes sociales : des règles de conduite plus ou moins formelles qu’il convient de suivre (ce qu’illustre clairement la répartition genrée des métiers par exemple :  97 % des aides à domicile et des secrétaires sont des femmes, 98% des ouvrier·es du bâtiment sont des hommes). 

Puisque les différences statistiques sont frappantes, on peut avoir tendance à penser qu’il y a un fond de vérité dans les stéréotypes. Alors que ce sont les stéréotypes et les préjugés qui causent la réalité, c’est le serpent qui se mord la queue.

Quelles sont les solutions ?

Agir par le langage pour se défaire des stéréotypes et préjugés

Le langage (écrit, oral, visuel) est le vecteur principal des stéréotypes, puisque c’est ce qui nous permet de diffuser nos idées, nos valeurs, nos représentations du monde.

Nos échanges persos, la communication professionnelle, les médias et la culture participent largement à construire des représentations stéréotypées des personnes. Le recours à différents symboles, couleurs, mots, mises en scène en fonction des genres représentés est lourd de sens. Il alimente et renforce la croyance que les individus ont des rôles différents en fonction de leur genre.

La bonne nouvelle, c’est que puisque les stéréotypes et préjugés se construisent par le langage, c’est aussi par ce biais qu’on peut s’en défaire. Tout comme on doit “décliquer” pour retrouver l’info qui nous intéresse lorsqu’une publicité pop-up s’affiche, il faut agir pour faire disparaître un stéréotype. Le contourner répond d’un acte conscient et conscient et volontaire. 

C’est un processus qui peut être long, sachant que l’exposition aux stéréotypes et préjugés est intense et répétée depuis l’enfance. 

Vous souhaitez évaluer votre communication sous l’angle du genre et la dé-stéréotyper ? Que l’on vous accompagne pour renforcer la mixité de vos équipes ? Passez à l’action.

Mimosa LEGENTILHOMME et Clémentine OTTO-BRUC

?php if ( function_exists( 'gtm4wp_the_gtm_tag' ) ) { gtm4wp_the_gtm_tag(); } ?