Sélectionner une page

L’entraîneuse est sportive

C’est une question de génération. Entraineur. Entraineuse.
Si vous avez autour de 40 ans, le terme « entraîneuse » n’est pas forcément lié à « sportive » et peut rapidement avoir une connotation sexiste, désignant un femme dont l’activité est d’inciter les hommes à boire dans un bar et toucher une commission sur les ventes.
Si vous approchez la vingtaine, il y a de forte chance que vous fassiez le parallèle entre « entraineuse » et « entraîneur » qui désigne un homme dont l’activité est de préparer d’autres personnes à atteindre un objectif sportif. Tout simplement.

La coupe du monde féminine de football s’est déroulée en France cet été et a donné lieu à bon nombre de réflexions concernant les termes à utiliser pour nommer ces femmes qui jouent au foot. C’est dire si l’absence de termes appropriés révèlent à quelle point elles étaient invisibles jusque là.

entraineuse

L’entraîneur est une femme.

Une personne qui entraîne une équipe sportive est a priori « un entraîneur ». Les personnes qui endossent ce rôle ont souvent un parcours sportif de haut niveau, une passion sportive à toute épreuve et la ferme volonté de continuer à le pratiquer en prenant des responsabilités. L’entraîneur est le personnage masculin par excellence, glorifié par les médias du sport, parfois adulé, parfois hué. Si je vous demande de me citer 3 noms d’entraîneurs, vous y parviendrez malgré vos lacunes en Sport business.
Une requête sur votre moteur de recherche préféré du mot « entraîneur » en mode images vous révélera d’ailleurs immédiatement les entraîneurs les plus célèbres (du foot) et vous les reconnaîtrez, sans aucun doute.
La requête équivalente avec le mot « entraîneuse » fera remonter… les mêmes entraîneurs célèbres (toujours du foot). Depuis juillet 2019 et la Coupe du Monde de Foot des Femmes (CMFF) en France, une image s’est ajoutée : celle de Corine DIACRE, sélectionneuse de l’équipe de France de foot lors de cette coupe du monde. La médiatisation de cette compétition sportive a participé à la faire émerger sur le haute de la pile d’images. Seule encore…

Entraîneuse sportive

Les femmes sont encore invisibles dans le sport, quels que soient leurs succès, même grandioses, même plus nombreux que ceux des équipes homologues d’hommes.
Une recherche sur Corinne DIACRE met en lumière les difficultés langagières que rencontrent les médias à propos des femmes dans le sport. Elle est annoncé dans les mêmes lignes comme fotballeuSE, entraîneuR en cheF, et sélectionneuRE : trois déclinaisons pour une seule femme, beau palmarès ! Et ce n’est qu’un exemple.
Mettons ces mots en cohérence entre eux : footballeuse, entraîneuse (en cheffe) et sélectionneuse serait plus simple non ?

Ce féminin qui surprend

Vous manquez de vocabulaire pour nommer les sportives ? 

Pour vous éviter des formules étranges comme « joueurs femmes » (sic!) ou « joueu-reu », nous vous offrons notre florilège de mots à ajouter à votre vocabulaire courant du foot :
joueuse
remplaçante
sélectionneuse
entraîneuse
défenseuse
stoppeuse
aillière
butteuse
gardienne
femme en noir (l’arbitre)
meneuse de jeu
milieu récupératrice
championne

 

Le féminin relégitimise

1996 : c’est la date à laquelle les footballeuses ont officiellement eu le « droit » (accordé par la FFF) de jouer en équipes. Avant, elles étaient joueuses officieuses.

2019 : la coupe du monde de foot légitimise la médiatisation des matchs de femmes. Le travail sur les mots pour les nommer est entamé. Pouvoir nommer les joueuses leur permet de prendre leur place dans le monde du sport construit par et pour des hommes. Et certaines personnes s’activent pour faire évoluer les représentations des femmes dans le sport, comme le fait si bien Mélissa Plaza.

2032 : les basketteuses, handballeuses, lanceuses de poids auront-elles bénéficié de cet usage des féminins ?

Les mots sont les frontières de notre monde

Les femmes sont sportives. Quand elles le souhaitent. C’est un fait, irréfutable.

L’économie du sport commence à s’en rendre compte, il y a un marché énorme à développer. Et les futures licenciées des clubs sont des filles qui auront eu la possibilité de s’identifier à des sportives reconnues, nommées dans leur pratique sportive au féminin. Dans un monde où chaque personne peut pratiquer le sport sans limite, un monde ouvert à toutes et à tous.

Pour vous former au langage ouvert qui réintègre le féminin à sa juste place, contactez-nous !