Marketer ou marketeur, marketeuse ?

Quand vous entendez parler de marketing, il est parfois fait mention des personnes qui y travaillent.
Quel mot est utilisé pour les nommer ? Marketer ? Marketeur ? Ou êtes-vous dans un univers ouvert ou marketeuse est souvent employé ?

Parce que des marketeuses, j’en connais beaucoup, mais elles se présentent rarement sous ce nom.
Et c’est un frein à la valorisation des femmes. Voilà pourquoi.

entraineuse

La francisation de mots anglais

Comme pour tout mot emprunté à l’anglais, il est possible de penser en anglais et conserver « marketer » pour un homme ou une femme.
Beaucoup d’autres mots anglais ont été incorporés dans notre langage et francisés progressivement, comme « basketer » que tout le monde pense en français avec « basketteur ». Le doublement du « t » permet le son « ette » et la finale anglophone « er » se décline en « eur » et « euse ». Le genre grammatical rend les informations cohérentes pour nos cerveaux francophones et nous avons donc dans notre langage courant basketteur pour un homme et basketteuse pour une femme.
Ce processus d’adaptation à la langue locale est courant en français et identique dans beaucoup d’autres.

La résistance comme faire valoir

Pourtant les mots marketer et manager résistent encore à ce phénomène de francisation ?
Le concept de « marketing », comme celui de « management » ou « business », est né aux Etats-Unis d’Amérique du Nord et a été importé tel quel. Leurs sonorités américaines étaient des preuves de « branchitude » dans ce secteur très concurrentiel des agences de pubs et sphères managériales, où chaque individu gagne et perd sa place à la vitesse de l’éclair.
En français on aurait pu parler de marchétisation ou de mercatique, et de ménagement. Beaucoup moins « hipe ».

Et il s’avère que le marketing est un univers truffé d’anglicisme de toutes sortes : on y parle aisément de « market, reach, SEO, SEA, community management, target, ads, adwords, hashtags consumer, user, growth hacking, scoring, ROI, profil, post »… jusqu’à ce fameux marketing digital, anglicisme parfait dans la mesure ou digital est aussi un mot français signifiant « avec le doigt » et qui devrait être traduit par « numérique ». [On pourrait parler de marchétisation numérique, non ?] Ces anglicismes servent à montrer que l’on sait, que l’on a la compétence sur le marché du travail.
Pour être au top, il faut être « marketer » et le montrer.

Un secteur très féminisé…

70 % des personnes travaillant dans le marketing sont des femmes.
Votre marketeur est probablement une marketeuse 7 fois sur 10.
Mais si le marketing est un métier principalement occupé par les femmes, il n’échappe pas à la règle quand il s’agit des rôles de direction où elles ne sont plus que 40 %.

… et sexiste envers les marketeuses

Laissons de côté l’histoire du métier, qui dès 1950 (pour de multiples raisons) accorde aux hommes le rôle de penser les publicités adressées à « la ménagère de moins de 50 ans » qui a été leur cible quasi exclusive pendant plus de 50 ans. Les hommes sont patrons ou créatifs, les femmes sont assistantes secrétaires ou clientes finales. Cette répartition des rôles genrés a laissé de belles traces dans notre inconscient collectif (mais ce n’est pas l’objet de cet article).
En 2019, les révélations au grand jour d’agissements sexistes de la ligue du LOL ont permis de faire apparaître auprès du grand public un univers de la pub souvent sexiste. Les chiffres montrent que l’évolution des femmes dans cette sphère professionnelle est conditionnée au plafond de verre, donc au bon vouloir d’hommes contrôlant le pouvoir et fonctionnant encore trop souvent en « boysclub » (!).

Inutile de se cacher derrière son petit doigt : esprit de compétition, domination masculine, patriarcat… tous les ingrédients sont là pour que les femmes restent bien sages en bas de la pyramide. Et quand elles grimpent l’échelle, elles rechignent souvent à assumer le terme de directrice marketing qui pourrait les transformer en Schroumpfette au sein du CODIR.

Les mots sont les frontières de notre monde

Utiliser le terme « marketeuse » pour nommer celles qui exercent ce métier revient à les montrer sous l’angle de leurs compétences, c’est faire sa part pour valoriser les femmes dans leur sphère professionnelle et auprès du grand public.

En faisant ce choix consciemment, vous participer à favoriser leur évolution, l’égalité entre les femmes et les hommes dans ce secteur professionnel très marqué.

Pour vous développer la mixité par le langage ouvert et changer le monde numérique, contactez-nous !

 

Notre formation au langage ouvert sera bientôt accessible en ligne. Si vous souhaitez en savoir plus c’est ici, et si vous souhaitez recevoir les informations au lancement, c’est juste en dessous.